site k

Orifices

Pour vous procurer ce Fanzine demandez moi en MP sur mon Facebook.

Ce fanzine est créé à l’occasion de la deuxième session des Voix Mortes, et reprend dans une version augmentée les textes qui y seront lus. La lecture que nous proposons est un croisement sauvage entre Bazoocam et Orifices, deux projets qui seront publiés dans La Grosse courant 2017. Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page Facebook.

Orifices est un recueil de fragments écrits sous la forme de témoignages. Une oeuvre qui rentre dans l’intimité d’une société de jouisseurs en déclin, d’ultra-consommateurs, de masturbateurs ; individualistes jusque dans la baise. Libéralisme du cul et sécheresse du cœur…

Bazoocam : comme un internaute l’a si bien exprimé, « il y a vraiment de bons délires sur Chatroulette mais le problème est qu’on y trouve aussi des gens un peu tracassés ». BAZOOCAM explore l’univers du Chatroulette français… Sulfureux, véhéments, ces dialogues creusés par le néant et les points de vue de leurs protagonistes sauront alimenter votre espoir en le genre humain !

Extraits :

Debout face à ma Box j’ai peur de toutes les possibilités qu’elle m’offre. Ces possibilités qui une fois choisies révèlent mon imaginaire, mes désirs, mes fantasmes, mes besoins pourris…

Je vais sur Chatroulette parce que c’est infini. À toute heure du jour ou de la nuit il y a quelqu’un. Ici, c’est un peu comme un supermarché géant qui renouvellerait constamment ses produits, et qui serait ouvert 24h/24.

Tout est accessible sur le Net.
Un univers infini d’abondance et de fantasmes…

– cc
– slt
– cv toi ?
– bye

Mes parents me disent qu’Internet c’est pas la vraie vie, qu’il faut que je sorte plus, que les relations que j’ai sur Internet ne seront jamais durables. Je me fous bien de leurs gueules, à table, quand ils échangent trois mots de tout le repas, sans jamais se regarder.

Le porno c’est fantasmer, essayer, oser, avoir mal, jouir, ouvrir, fermer, partager, crier, serrer les dents, avoir le souffle coupé, découvrir ce qu’on n’avait jamais cru possible, mélanger les sexes, les fluides et les pensées, c’est faire ce qu’on veut et pouvoir dire stop, c’est la liberté de corps et d’esprit.

– tu cherches quoi ici
– ché pa nimporte ce que les gens proposent..
– jcomprend
– c’est malsain, mais le monde évolue avec la technologie pc, internet webcam
– et alors t’es là juste parce que ça existe?
– bah ouais xD si sa existai pas on serai pas sur ce site xD
– mais ya bien une raison pr laquelle t la
– une parce que je me faisait chier de deux psk un collègue ma dit que y avais des meuf chaude ici xD mais bon plus de mec qu’autres chose
– du coup t’as envie de cul ?
– on peu dire ça xD ta quel age ?
– 24 et toi ?
– t une meuf ?
– oui
– ms ta ni cam ni micro ?
– j’ai une cam mais tu risques d’être déçu je montre pas ma chatte ni mes seins
– aah pas grave tkt

Je reste ici des heures et je m’hypnotise. J’accumule des visages sans rien en retenir. Des corps aussi, des sexes, des intérieurs d’habitations. Quelques paroles parfois. Je ne peux pas détacher mon regard de la fenêtre.

Souvent je fais semblant de m’intéresser à ce que racontent les gens. C’est pas que j’ai vraiment quelque chose à y gagner, c’est plutôt que tous ces gens se font royalement chier, comme moi, et que ça me ferait du bien s’ils m’écoutaient comme je les écoute.

– salut
– salut
– envie de te branler ?
– pas plus que ça merci
Vous n’êtes que des pixels. Je n’ai plus à penser pour ceux qui ne pensent pas. Je n’ai plus à me voir parmi vous car vous n’existez pas. Nous sommes bien trop nombreux pour que ce soit crédible. Je redeviens l’enfant qui croyait que le monde avait été créé pour lui, et je fais l’inventaire de mes jouets.

Ça m’arrive d’aller sur Bazoocam juste pour insulter les gens. Je sais, c’est carrément con, gratuit et irrespectueux. Mais ça me défoule. Je leur parle, sympa, et quand ils commencent à s’intéresser à moi, je les incendie. Je déverse mon flot de haine, je vomis toute ma rage en regardant leurs réactions, jusqu’à ce qu’ils me nextent. Je recommence plusieurs fois comme ça. Après, je me sens bien mieux.

– t’as deja eu un copain ? ?
– ba oui
c’est quoi cette question
– comme ça pour savoir
détends toi
– ba non mais jsai pa jai 19 an quand meme
ca crain si ta jamais eu dcopain lol
tu mprend pour une gamine ou koi 😉
– non pas du tout t»inquiètes pas
t’as l’air très mature
mais je peux pas connaitre ta vie intime
– merci, on mdit souven que j suis mature
non mai bon a 19 quand meme
– moi j’ai jamais eu de copine, j’ai pas honte de le dire
– arrrrrete
pa a 25 jte croi pa
tu ve dir ke ta jamé baisé?
– non, j’aimerais trouver une fille
qui veuille bien me montrer son corps,
pour que je connaisse au moins ça une fois
– ta jamais vu une fille toute nue?
serieu
tu mfai marché
– non jamais
seulement en photo
– mais comment ca se fait?
t mignon pourtan
c ouf sa
jen reviens pa
– tu voudrais pas être la première ?
– bah jsais pas
je mattendai pa a sa
tu voudrai quoi en fait
que je me deshabille la
lol
– eh ben
oui
– ba c’est bizarr
ya plein de mec qui me demande
sa mais jle fais jamais
mais toi c ouf
t chou
mais dsl mais non
– allez fais le
– nn…
dsl
– s’il te plait
– non dsl
– c’est ça ouais
t’es pas du tout désolée
– mais si mais bon je fais pas sa sur le net
jsais pa
dsl
– allez laisse tomber
je les connais les filles comme toi
– de quoi
sa veut dir quoi ? ?
t la ?
– non je vais y aller
t’as pas de coeur j’te raconte mon histoire de vieux puceau
et tu marches pas connasse

Y avait un mec avec un flingue. Il le nettoyait. Je lui ai demandé s’il avait déjà tué. Il m’a dit que non. Qu’il voulait pas tuer, mais qu’il s’en servirait pour se défendre contre Daesh. Il l’astiquait son flingue, comme les autres astiquent leur bite, machinalement. Je lui ai dit. Grâce à Chatroulette, je peux me foutre de la gueule d’un gars avec un flingue.

– slt
– slt
– tfais quoi?
– pas grand chose
je lisé un forum qui disai quil c’été passé d trucs ouf ici
ca ma donné envi de revnir un peu zoné sur bazoo
– a oué genre quoi de ouf?
– jsais pa, genre d mort d truc glauque
– ouai moi une foi y a un gars qui s’est suicidé
– dvant toi?
– Nn
fin au debut jlai vu avec un rasoir
après il avait tourné la cam mais j’entendais tous les bruits qui faisait
c’été assez trash
– sérieu ???
t’as pas nexté?
– ba non on est un peu la pour ca non toi meme tu dis ktu cherche sa!
– ouais mais bon la ta rien vu en fait
c’était ptetre juste le gars qui faisait des bruitages sans se
suicidé!!!
– ouai mais on sen fou en fait ce qui conte c que tu y croi sur le moment
que ce soi vrai sa change pa ton ressenti
– mouai
jsais pa
moi jvien pour vivre d trucs réel
si tu voi pas ca compte pas vraiment pr moi
– suffit que ti croive
tt le monde peut se faire passé pour nimporte qui
c sa qui et cool
ce qui est important c de croire au truc
– mouai
t’a vu quoi d’autre?
– t ‘es pas d’acord avec moi?
– bof

J’ai mis que j’étais BM. Ça veut dire bien monté. J’ai mesuré hier, à la salle de bains, pendant que ma copine faisait les courses. 14 centimètres, c’est pas mal non ? Je demande aux gens qui défilent ce qu’ils en pensent. Apparemment pas grand-chose.

Je fais des études de droit. Je lis : « Article 227-24 du Code pénal : Le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine, soit de faire commerce d’un tel message, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 75000 euros d’amende lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un mineur ». Et je pense à toutes les fois où j’ai cliqué sur « J’ai 18 ans ». Cette barrière-là paraît trop fine. Un enfant doit découvrir le sexe par lui-même, par la discussion avec ceux de son âge, par la curiosité, l’expérimentation. Pas d’un coup d’un seul, par le visionnage abrupt d’une sodomie avec hurlements, crachats et autres. Mais comment vérifier vraiment l’âge du visiteur… Qu’est-ce qui différencie encore les enfants des adultes ? Personne n’est mineur sur Internet.

– t pas un peu jeune?
– 16
tu peux m exiter svp
– bof
tu fais souvent ça ici?
– je cherche depuis 2 heure svp
– pas de bol
pourquoi tu restes là si tu cherches depuis 2h?
– svp t trop belle
– ta pas répondu à ma question
– juste les seins
– pk tu mates pas plutot des pornos?
– j aime mieux de vrais persone
– oui mais c’est des vraies personnes
dans le porno et ça prend pas 2heures
y en a qui le font ici?
– oué
une fille qui a tt fait
– comment ça tout?
– nu sexe jouir
– et tu aimerais qu’elles fasse toute ça?
– oui
ca m’a trop exite
ms c arrivé qune fois…
– tu passe qd même bcp de temps icitu dois être svt déçu nn ?
– oui
t trop belle montre toi svp
– bon salut, bon courage
– svp
Je lance Chatroulette et règle ma webcam. Je la braque sur ma braguette. Je fais défiler les internautes, qui me matent, que je mate. Deux blondes s’arrêtent, intéressées : « Tu te branles pour nous si on te montre nos nibards ? – OK ». La première retire son maillot, frictionne ses tétons entre son pouce et son index. J’ouvre ma braguette. La deuxième lui saisit un sein et lui aspire un mamelon. Je fais passer mon pénis entre l’élastique de mon caleçon et le bouton attaché de mon jean. Elles frottent leurs poitrines l’une contre l’autre en se roulant des pelles. J’exerce un aller-retour avec mon poignet et serre un peu le poing pour faire monter la pression, pour faire raidir encore plus mon sexe. L’image se bloque soudain, et est remplacée par celle d’un type qui me fait de grands coucous en riant à pleins poumons. «Je t’ai eu abruti !». Le pirate informatique zappe mon profil. Je suis automatiquement propulsé vers d’autres. Je continue à me masturber. Je vois défiler un couple amusé, un ado qui joue de la guitare, deux gamines d’à peine dix ans qui rient, surprises et gênées, une femme qui fume une clope, un papi qui plisse les yeux devant l’écran, des gens en soirée, un autre type qui se branle, un mec qui me fait un fuck, et enfin une meuf, qui me hurle dessus en majuscule : «PUTAIN DE DÉTRAQUÉ !» Elle fronce les sourcils, l’air énervé : «ARRÊTE ESPÈCE DE MALADE». Elle crie d’agacement devant son PC mais son micro est désactivé. Sa bouche s’ouvre, j’aperçois ses petites dents pointues. Des fossettes se creusent à la commissure de ses lèvres. Rides d’agacement sur son front. Elle postillonne en vociférant, ses yeux luisent de colère. Je jouis.